©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Écrivains et politiciens, ces héros... de polars et de science-fiction

Après Oscar Wilde et Jane Austen, devenus héros de polars à leur insu, voici que Voltaire et Freud se lancent à leur tour dans l'investigation policière et que H.G. Wells part à la poursuite de Jack l'éventreur dans l'espace temps. Parallèlement, Mark Twain et Abraham Lincoln chassent les vampires, tandis que la Reine Victoria s'attaque aux zombies. Avant eux, Lord Byron, Denis Diderot, Sir Arthur Conan Doyle ou Jean de La Fontaine étaient déjà passer de l'autre coté du miroir. Combien d'autres encore ? Cafeduweb a mené sa petite enquête dans le monde littéraire.

Les éditions du Masque et 10/18 se sont en quelques sortes spécialisées dans les fictions policières dont les héros de papier sont des personnes réels.
Dans la collection Labyrinthes, par exemple, on peut citer les polars de Stephanie Barron, une romancière américaine qui voue une grande admiration à Jane Austen. Elle a déjà publié une dizaine de romans dans lesquels l'auteur d'Orgueil et Préjugés se métamorphose en détective de choc. Les derniers titres traduits en français sont Jane Austen et l'héritage du comte (2008), Jane Austen et les fantômes de Netley (2007) et Jane Austen et le prisonnier de Wool House (2006). En 2010 est paru Jane Austen and the madness of Lord Byron (Jane Austen et la folie de Lord Byron).


Les éditions du Masque publie également les romans policiers historiques du journaliste Hubert Prolongeau, dont le héros n'est autre que Denis Diderot. Le philosophe apparaît dans plusieurs épisodes, dont L’œil de Diderot (rééd. 2010), La nièce de rameau (1999) et Le cauchemar de D'Alembert(1998).
Dans la collection Labyrinthes, on peut encore mentionner deux romans indépendants: Mr Doyle et Dr Bell d' Howard Engel (2005) ainsi qu'Escapade de Walter Satterthwait (1996) qui mettent en scène Sir Arthur Conan Doyle. Le père de Sherlock Holmes apparaît dans de nombreux romans, parmi lesquels Arthur et George de Julian Barnes (Folio, 2008) et les deux ouvrage de Mark Frost: La liste des sept (Pocket, 1999) et Les 6 messies ( Pocket, 1999). Pour en finir avec les éditions du Masque, on peut citer les romans d'André-Paul Duchâteau, où le romancier anglais Charles Dickens joue les détectives amateurs: Les chemins de lune (2000), Le voleur d'âmes (2000) et Les Anges de cire (2003).


Les éditions 10/18, dont la collection Grands détectives est spécialisée dans la publication de sagas policières thématiques, ont fait paraître les ouvrages de Gyles Brandreth. Le héros de cette série à succès est le célébré dandy et écrivain anglais Oscar Wilde. A ce jour, trois volumes sont disponibles en français: Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles (2009), Oscar Wilde et le jeu de la mort (2010) et Oscar Wilde et le cadavre souriant (2011). Un quatrième épisode est déjà paru en version originale dont le titre est Oscar Wilde and the Nest of Vipers (Oscar Wilde et le nid de vipères) pour l'édition anglaise et Oscar Wilde and the Vampire Murders (Oscar Wilde et les meurtres des vampires) pour la version américaine.
Dans la collection Grands détective, on peut également mentionner Margaret Doody et son cycle consacré au philosophe grec Aristote. Il compte actuellement 8 enquêtes dont le dernier est paru en 2010: Aristotle and the Egyptian Murders (Aristote et les meurtres égyptiens). Ces romans ont été traduit en plusieurs langues. Les derniers titres parus en français sont Aristote et les belles d'Athènes (2006) et Aristote et les secrets de la vie (2005).


La maison 10/18 publie également les œuvres de l'Italien Giulio Leoni. Ce professeur en histoire de la littérature a signé plusieurs romans policiers dont le héros n'est autre que le poète Dante Alighieri . L'auteur de La Divine comédie mène l'enquête dans La Conjuration du Troisième Ciel (2007), La Conspiration des miroirs (2008) et La Croisade des ténèbres (2010).
Le Français Guillaume Prévost a publié aussi plusieurs polars historiques. On peut mentionner Le mystère de la chambre obscure (2008), dans lequel Jules Verne joue au détective amateur dans le cadre de l'Exposition universelle de Paris en 1855. Dans Les sept crimes de Rome (2006) l'enquête est orchestrée par Léonard de Vinci en personne; tandis que dans L'assassin et le prophète (2006) c'est le philosophe juif Philon d'Alexandrie qui s'y colle.
Pour conclure avec les séries policières, on peut signaler les livres de Philippe Collas, parus chez Plon et dont le personnage récurrent est le poète Jean de La Fontaine: Le château de l'araignée (2004), Les enfants de Dieu (2004), Les trois Marquises (2006) et L'ogre de Paris (2007). On y croise Madame de Sévigné, Madame de Lafayette, le Masque de Fer et une sorte de Jack l'éventreur en jupons.


En ces temps éclairés (ou peu orthodoxes, selon votre point de vue), les curés sont désormais remplacés par les psychologues et la police fait régulièrement appel à des experts comme les Profilers. C'est sans doute la raison pour laquelle de plus en plus de polars mettent en scène des aliénistes, des psychologues et autres psychiatres. Celui qui semble avoir la cote ces dernières années est le père de psychanalyse, ce cher Sigmund Freud. Deux auteurs se sont emparés du personnage et l'ont conviés à participer à deux enquêtes de police. Il s'agit de Jed Rubenfeld, dans son fameux livre intitulé L'interprétation des meurtres (Pocket, 2009) et, plus récemment, Luc Bossi dans Manhattan Freud (Le Livre de Poche, 2011).
Outre les cliniciens du subconscient, les lecteurs aiment interroger les philosophes. Leurs compétences sont donc largement plébiscitées dans la littérature policière. Dans Critique de la raison criminelle (J.C. Lattès, 2008), par exemple, Emmanuel Kant vient prêter main-forte à Hanno Stiffeniis, le héros récurrent de Michael Gregorio, nom de plume du duo italien, Daniela De Gregorio et Michael G. Jacob. Voltaire, quant à lui, devient enquêteur pour le compte de Frédéric Lenormand, auteur d'un roman policier intitulé La baronne meurt à cinq heures (J.C. Lattès, 2011); tandis que Socrate vient à la rescousse d'Antisthène, son chien philosophe et détective dans Les nuées sanglantes (Terre de Brume, 2003) ou Sanglante comédie (Gulf Stream, Rééd. 2011) de Martial Caroff. L'écrivain américain Oakley Hall, de son coté, s'est adjoint les services de son concitoyen, le journaliste Ambrose Bierce, qui intervient dans une série comportant cinq enquêtes à ce jour. Pour l'heure, seul le second volet de la série, Ambrose Bierce et la mort des rois (Joëlle Losfeld, 2004), a été traduit en français. Raphaël Cardetti, spécialiste de la Renaissance Florentine, pour sa part, use de l'esprit manipulateur de Niccolò Macchiavelli. Il a publié un polar historique intitulé Les larmes de Machiavel (Pocket 2003).


D'une manière générale, les écrivains contemporains font davantage confiance à leurs pairs pour dénouer les intrigues compliquées. Ainsi, aiment-ils convoquer les grands maîtres du Roman noir, comme Dashiell Hammett, dans Hammett de Joe Gores (Folio, 2009), ou Jim Thompson, dans Un manifeste pour les morts de Domenic Stansberry (Gallimard, 2003). Edgar Allan Poe, considéré comme l'inventeur du roman policier, a bien entendu les faveurs de nombreux écrivains. Le père du chevalier Auguste Dupin, intervient entre autres dans les romans de Louis Bayard, Un oeil bleu pâle (Pocket, 2010) et de Joel Rose, Noir corbeau (Points, 2008).


Nous terminons notre petite promenade littéraire par une incursion dans la science-fiction. Car, là encore, les écrivains aiment rendre hommage à leurs prédécesseurs, quand ils ne s'attaquent pas aux représentants du pouvoir politique. Parmi les figures qui ont le plus inspiré la littérature, il y a l'énigmatique poète anglais, Lord Byron. Il faut dire que son œuvre s'y prête bien. Ainsi, l'auteur de Don Juan et de Manfred, fait-il régulièrement une apparition dans la littérature gothique et fantastique. Il partage néanmoins souvent la vedette avec docteur John Polidori et la romancière Mary Shelley. L'épisode de leur voyage en Europe, qui a vu naître Frankenstein et Le Vampire, est souvent relater dans le genre romanesque. Federico Andahazi lui a consacré un opus intitulé La villa des mystères (Folio, 2004); Emmanuel Carrère, sa Bravoure (Folio, rééd. 2008) ; Benjamin Markovits, son Imposture (Christian Bourgeois, 2009) et son Arrangement tranquille (Christian Bourgeois, 2009). Dans The Vampyre de Tom Holland (non traduit en français à ce jour), Lord Byron obtient l'exclusivité mais se transforme carrément en suceur de sang.
Samuel Langhorne Clemens, plus connu sous le nom de Mark Twain, adopte lui une position un peu différente dans Bloodsilver de Wayne Barrow (Folio, 2010). Il faut dire que dans Far-ouest, on est guère tolérant avec les vampires. Dans ce recueil, le lecteur croise quelques légendes du Nouveau-Monde, parmi lesquels des bandits renommés (Billy the Kid, Doc Holliday, les Frères Dalton...) ou des politiciens (Abraham Lincoln, Theodore Roosevelt...).


Justement, on retrouve le seizième président des États-Unis dans un pastiche de Seth Grahame-Smith, dont le titre est sans ambiguïté : Abraham Lincoln, chasseur de vampires (Eclipse, 2011). Néanmoins le politicien américain n'est pas le seul à jouer les justiciers dans la littérature contemporaine. De l'autre coté de la manche, les têtes couronnées n'hésitent pas à retrousser leurs manches quand c'est nécessaire. L'implacable Reine Victoria considère comme son devoir de débarrasser ses sujets de la compagnie des morts-vivants. C'est, en tout cas, le thème du roman satirique de A. E. Moorat, Victoria, Reine et Tueuse de Démons (Eclipse, 2011). En réalité les personnages historiques se rencontrent fréquemment dans les uchronies, même s'ils se contentent souvent d'un rôle de figurant. Adolf Hitler est au centre du roman de Norman Spinrad, Rêve de fer (Folio, 2006). Il y est moins terrifiant que dans la vraie vie puisqu'il interprète un auteur d'heroic fantasy.
Il nous reste à citer l'intervention providentielle de H.G. Wells dans C'était demain de Karl Alexander (Mnemos, 2011). L'auteur de science-fiction part vaillamment à la poursuite de Jack l'éventreur, qui lui a volé sa machine à explorer le temps et sème la terreur dans la Californie du 20ème siècle.



Grand chemin de la postérité de Benjamin, Roubaud, Paris, vers 1840-1847. Bibliothèque du Congrès
Procession d'écrivains et d'artistes français: Hugo, T. Gauthier, Cassagnac, Francis Wey, Paul Fouché, Eugène Sue, A. Dumas, La Martine, Soulié, Balzac, Alf de Vigny, Viennet, Kar, Monsieur Ancelot, Madam Ancelot, Goslan, Germ. Delavigne, Mery, Scribe, Bayard, Melesville, Dupin, Rosier, Lauzanne, Duvert, P. de Kock, Rochefort, Varin, dit musard, Masson, Dumersan, Le critique Marie, Le mélancolique Briffaut, Desnoyer, Altaroche, Rolle, critique célibataire, Guinot (Pierre Durand), Alb. Clerc. carillonneur charivarique, Albéric second, premier du nom, Hte. Lucas, Viardot, l'Espagnol de Paris.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : oscar wilde et le nid de vipères ; écrivains politiciens ; mark twain abraham lincoln ;
Discussions
Pas d'avis pour “Écrivains et politiciens, ces héros... de polars et de science-fiction”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié