©

Le Colibri - Hervé Jovelin

Après la Bande dessinée picarde (voir De Briques et de sang), voici le polar amiénois avec Le Colibri d'Hervé Jovelin. Je ne suis pas un chantre du régionalisme mais, quand on a de bons écrivains, il n'y a aucune raison de ne pas le faire savoir. La maison Ravet-Anceau et, dans une moindre mesure Engelaere (Le tableau noir de Claude Tillier, coll. Crimes en Nord), les éditent. La première a lancé sa collection, Polars en Nord, il y a quelques années, avec l'excellent Vagabond de la Baie de Somme de Léo Lapointe. Son catalogue compte aujourd'hui près de 80 titres, parmi lesquels Vacances picardes de Philippe Sturbelle, Les crimes de Rue de Pierre Saha ou Le tueur de la Somme de Johann Moulin.

L'accroche un peu douteuse qui orne le bandeau rouge sur la couverture du livre confirme qu'on cultive ici la tradition populaire du roman de gare où on malmène volontiers le notable de province. Le Colibri n'échappe pas à cette règle. Hervé Jovelin, historien de formation, s'inspire de mystères politico-immobiliers connus des Amiénois, qu'il présente avec quelques glissements romanesques. Le Courrier Picard, le journal régional, devient La voix de Picardie, tandis que le représentant de la presse alternative locale, le Ch'Fakir s’appelle Le Vizir. De même, sous les traits d'Alban de Bricourt, chacun reconnaîtra l'ancien maire d'Amiens, Gilles de Robien. Dans la réalité, les affaires sordides se soldent par la mort de certains journalistes qui se suicident d'un coup de poignard dans le dos. Dans la fiction, les Don Quichotte échappent de justesse aux hommes de main payés pour les supprimer et qui se trompent de victime. C'est ainsi que Sandra, une artiste en herbe, meurt accidentellement dans sa douche, après avoir glissé sur une savonnette située à plusieurs mètres de là. Si la police peut duper l'opinion publique, il n'en ai pas de même pour ses voisins. Malheureusement, dans l'immeuble, chacun à des secrets qu'il ne souhaite guère voir exposés au grand jour. Parallèlement la police enquête sur un détective interlope qui résout toutes les affaires abandonnées dans les tiroirs du commissariat.

Hervé Jovelin nous livre une petite perle noire qui contient tous les éléments du grand polar : flics ripoux, gros bras décérébrés, détective désabusé, héros ordinaires, magouilles financières, intrigues politiques, traques et cavales. L'auteur sera au Salon du livre de Paris le 21 mars prochain. On trouve son livre dans toutes les bonnes librairies du nord de la France et d'ailleurs, ainsi qu'en version téléchargeable sur le site de la librairie numérique epagine.

Titre: Le Colibri
Auteur: Hervé Jovelin
Editeur: Ravet-Anceau
Parution: février 2011
Pages: 174

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !
2 lien(s) pour “Le Colibri - Hervé Jovelin”
  1. http://lafontainedecastalie.free.fr/accueil.php
  2. http://lafontainedecastalie.free.fr/jovelin.php
Suggestion de mots-clefs : hervé jovelin ; jovelin herve ; hervé jovelin le colibri ;
Discussions
1 avis pour “Le Colibri - Hervé Jovelin”
  1. Il s'agit d'un très agréable roman, de prime abord sans prétention mais tout de même rempli, comme le dit le commentaire ci-dessus, de messages pleins d'humour (et d'humeur...) critiquant notamment les masques de province dont tous les habitants de cette "amiénoise" sont porteurs. Le rythme de l'ouvrage est soutenu et, au fur et à mesure de sa lecture, on regrette d'en voir mincir le côté droit.
    Désormais le "Colibri" existe et nous souhaitons en savoir plus, sur lui et son entourage. Ainsi certains personnages restent dans l'ombre, par exemple l'étrange Clément... Allez, au travail pour la suite, Monsieur Jovelin !

    Par PETITVIEUX | mardi 1 mars, 16:20
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié