©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Maudit soit le fleuve du temps - Per Petterson

Les Scandinaves n'écrivent pas que des polars et les Suédois ne sont pas les seuls à s'exporter au-delà de leurs frontières. L'écrivain norvégien, Per Petterson, est connu en France depuis une dizaine d'années. J'ai donc profité de la parution de Maudit soit le fleuve du temps en format poche pour aller à la découverte de ce romancier dont j'ignorais malgré tout l'existence, il y a encore trois mois.

Dans ce cours roman, Per Petterson s'efface au profit de son narrateur. Arvid est le second enfant d'une fratrie de quatre garçons. En 1989, lorsque tombe le mur de Berlin, il est âgé de 37 ans et lui-même père de deux petites filles. Mais ce n'est pas l'effondrement de l'ancien bloc de l'est qui intéresse le plus notre ancien militant maoïste... Alors qu'Arvid est sur le point de divorcer, sa mère apprend qu'elle est atteinte d'un cancer de l'estomac. Originaire du Jutland du Nord, au Danemark, celle-ci décide de retourner dans son pays natal. Ce voyage va la conduire jusque sur l’île de Læsø où elle a accouché de son premier fils. Arvid décide de quitter Oslo, de prendre le ferry et de suivre sa mère dans le chalet où toute la famille se rendait en été. Pour Arvid, comme pour sa mère, c'est l'occasion d'évoquer le passé et notamment la mort précoce d'un des plus jeunes frères du narrateur, ainsi que sa rencontre avec son épouse, ses premières années de militantisme et sa décision d'abandonner ses études pour soutenir la classe ouvrière. Néanmoins, le tête-à-tête ne se passe pas exactement comme il l'aurait souhaité. La mère d'Arvid reste froide et lointaine.

Per Petterson signe un roman extrêmement touchant sur les relations mère-fils. Le lecteur ne peut s'empêcher d'éprouver une immense tendresse pour son personnage principal, un trentenaire, un peu gauche et immature. On a parfois envie de le serrer dans ses bras et de lui dire que sa mère l'aime évidemment. L'écriture elle-même transpire une sorte de pudeur, pleine de non-dits.

A ce jour, Per Petterson a publié un recueil de nouvelles et 7 romans. Quatre ont été traduits en français: Til Sibir (Jusqu'en Sibérie, Circé, 2002), I kjølvannet (Dans le sillage, Circé, 2005), Ut og stjæle hester (Pas facile de voler des chevaux, Folio, 2008) et Jeg forbanner tidens elv (Maudit soit le fleuve du temps, Folio, 2012). Néanmoins, c'est son livre intitulé Pas facile de voler des chevaux qui a permis à Per Petterson de se faire connaître aux États-Unis et dans le monde entier. En 2007, il figurait dans le liste des 10 meilleurs livres de l'année du New York Times. L'écrivain norvégien a reçu de nombreux prix littéraires comme le Prix Brage en 2000 (Dans le sillage) et en 2008 (Maudit soit le fleuve du temps); le Grand Prix de littérature du Conseil nordique en 2009 et le Prix littéraire international IMPAC de Dublin en 2007.

Maudit soit le fleuve du temps de Per Petterson, Folio, Février 2012, 272 pages

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : soit du cafe soit du the ; petterson per maudit soit fleuve temps ;
Discussions
Pas d'avis pour “Maudit soit le fleuve du temps - Per Petterson”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié