©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Moi Zénobie, reine de Palmyre - Bernard Simiot

Titre: Moi Zénobie, reine de Palmyre Auteur: Bernard Simiot Editeur: Albin Michel Année: 2000 (Réédition) Pages: 287

Sur le modèle des "Mémoires d'Hadrien" de Marguerite Yourcenar, Bernard Simiot (1904-1996) raconte à la première personne du singulier, l'histoire de Zénobie, qui vécut au 3e siècle après J.C. Aucune représentation physique de cette reine syrienne n'est parvenue jusqu'à nous et presque tout ce qu'ont sait de sa destinée est tiré de l'Histoire Auguste, le recueil de biographies des empereurs romains.
 
Au IIIème siècle, Palmyre, la Venise du désert, est une puissante cité caravanière sous tutelle romaine. Odénath, roitelet arabe de Palmyre et époux de Zénobie, repousse les Perses au-delà de l'Euphrate et reprend la totalité des territoires conquis l'année précédente. En récompense, l'empereur Valérien le nomme gouverneur de Palmyre en 258 mais c'est sous le règne de Gallien qu'il acquière le statut de co-régent sur les provinces d'Orient. Odénath et Herodes, son fils aîné, sont assassinés à Emèse en 267. Zénobie, qui est sans doute l'instigatrice du complot, s'empare du pouvoir au nom de Wahballat, son second fils. Véritable chef de guerre, la reine de Palmyre, se taille un royaume en Asie Mineure. L'Empire romain, privée de ses riches provinces orientales et de ses voies de communication vers le grenier à blé de l'Égypte, lance une contre-offensive en 271. L'empereur Aurélien est victorieux et Zénobie, prisonnière, est exilée à Rome.
 
Fresque captivante et bien documentée, le roman de Bernard Simiot a reçu la bourse Goncourt du Récit historique en 1978. Dans la même veine que sa biographie de Zenobie, il a publié "Moi Sylla, dictateur". Toutefois, c'est la fiction historique et familiale consacrée aux Carbec, "Ces messieurs de Saint-Malo", qui a remporté le plus de succès. C'est le fils du romancier, Philippe Simiot, qui poursuit la saga avec la parution de "Carbec, mon empereur" en 1999 et "Carbec l'Américain" en 2002.
 
A lire aussi : Le roman d'Antoine B. Daniel, "Reine de Palmyre" (Pocket, 2007 2 vol.), celui de Violaine Vanoyeke "Zénobie, l'héritière de Cléopâtre" (Livre de poche, 2004, 320 pages) et un volumineux essai de Maurice Sartre, "D'Alexandre à Zénobie" (Fayard, 2001, 1194 pages)

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : zénobie palmyre ; simiot bernard ; Moi Zénobie, reine de Palmyre de Bernard Simiot critique ;
Discussions
Pas d'avis pour “Moi Zénobie, reine de Palmyre - Bernard Simiot”
Participer à la discussion

Impossible de commenter cet article