©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Bâle vue par Hugo

Victor Hugo (1802-1885) réalise plusieurs voyages en compagnie de Juliette Drouet (1806-1883), sa maîtresse, dont trois sur les bords du Rhin: du 8 au 28 août 1838, 31 août au 26 octobre 1839, et du 29 août au 1er novembre 1840. De Paris il se rend à Givet, puis gagne Dinant, Namur, Liège, Verviers, Aix-la-Chapelle et Cologne.

L'auteur de Notre-Dame de Paris (et, plus tard, des Misérables) remonte ainsi le Rhin, jusqu’à sa source, en Suisse. La dernière escapade lui inspire l'essentiel de l'ouvrage qui paraît en 1842 et intitulé Le Rhin, lettres à un ami.

« Du haut des clochers la vue est admirable. J’avais sous mes pieds, à une profondeur de trois cent cinquante pieds, le Rhin large et vert ; autour de moi le grand Bâle, devant moi le petit Bâle ; car le Rhin a fait de la ville deux morceaux ; et, comme dans toutes les villes que coupe une rivière, un côté s’est développé aux dépens de l’autre. À Paris, c’est la rive droite ; à Bâle, c’est la rive gauche.
Les deux Bâle communiquent par un long pont de bois, souvent rudoyé par le Rhin, qui n’a plus de piles de pierre que d’un seul côté, et au centre duquel se découpe une jolie tourelle-guérite du quinzième siècle. Les deux villes font au Rhin des deux côtés une broderie ravissante de pignons taillés, de façades gothiques, de toits à girouettes, de tourelles et de tours. Cet ourlet d’anciennes maisons se répète sur le Rhin et s’y renverse. Le pont reflété prend l’aspect étrange d’une grande échelle couchée d’une rive à l’autre. Des bouquets d’arbres et une foule de jardins suspendus aux devantures des maisons se mêlent aux zigzags de toutes ces vieilles architectures. Les croupes des églises, les tours des enceintes fortifiées, font de gros nœuds sombres auxquels se rattachent, de temps en temps, les lignes capricieuses qui courent en tumulte des clochers aux pignons, des pignons aux lucarnes. Tout cela rit, chante, parle, jase, jaillit, rampe, coule, marche, danse, brille au milieu d’une haute clôture de montagnes qui ne s’ouvre à l’horizon que pour laisser passer le Rhin.
»

Victor Hugo, Le Rhin, Lettre XXXIII: Bâle, 1842

Visites guidées:
Le Rhin: Lettres à un ami de Victor Hugo sur Wikisource
En voyage. Le Rhin de Victor Hugo sur Gallica
Victor Hugo sur le site de la BNF
Victor Hugo sur Alalettre
Site officiel du Bicentenaire de Victor Hugo
Le site de la Société des Amis de Victor Hugo
Les maisons de Victor Hugo sur le site de la Mairie de Paris

Images
Victor Hugo assis, la main gauche à la tempe, en 1853, par Charles Hugo (1826-1871)
Vue du Rhin à Bâle par Norbert Aepli via Wikipedia

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : café jeux Basel ; profondeur du rhin à bale ; lire victor hugo ;
Discussions
Pas d'avis pour “Bâle vue par Hugo”
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié