©

Le Procès de la momie - Christian Jacq

En général, je n'aime pas beaucoup les polars historiques. La plupart du temps, l'auteur dispense quelques touches d'éléments historiques pour colorer sa toile de fond au profit de l'intrigue policière; ou, à l'inverse, l'enquête n'est qu'un prétexte qui lui permet de pimenter son roman. Par ailleurs, je me méfie des écrivains prolifiques comme Christian Jacq figurant régulièrement sur la liste des bestsellers. Pourtant, sans aller jusqu'à dire que je vais me ruer sur tous ses livres, je dois reconnaître que j'ai passé un agréable moment en sa compagnie.

Le procès de la momie contient tous les ingrédients du roman populaire: le sombre 19ème siècle londonien, des fonctionnaires corrompus, de riches bourgeois cupides et sans scrupules, un révolutionnaire sanguinaire, une belle aristocrate, un inspecteur incorruptible et raffiné, des anatomistes, des Francs-maçons, un aventurier enthousiaste mais infortuné et, bien-sûr, des égyptologues. Les personnages, vous l'avez compris, sont caricaturaux et le lecteur à parfois du mal à s'y retrouver. Néanmoins, on a la sensation que cela fait parti du jeu et, du moment qu'on est décidé à y entrer, cela fonctionne assez bien.
Par certains aspects, l'inspecteur Higgins, présenté comme l'inspirateur de Scotland Yard, n'est pas sans rappeler un autre détective célèbre: le fameux Hercule Poirot. La conduite de l'intrigue semble emprunter aussi aux techniques éprouvées d'Agatha Christie... si ce n'est qu'elle est cousue de fil blanc et qu'il ne faut guère de temps au lecteur pour démasquer le coupable.
L'intérêt du roman est plutôt dans la trame historique, à savoir la naissance de l'égyptologie et la fascination qu'elle a suscité au sein du grand public, tandis que les scientifiques se montraient plus partagés. Le lecteur croise quelques personnalités parmi les plus connues, dont le français Jean-François Champollion et l'Anglais Thomas Young s'échinant à décrypter les hiéroglyphes. Plus intéressant est le personnage central de Giovanni Belzoni, surnommé "le géant de Padoue", l'explorateur italien qui a notamment découvert les tombes royales d'Amenhotep II, Ramsès Ier, et Séthi Ier. Le roman est émaillé de citations tirées de ses récits de voyages en Égypte.
L'histoire démarre avec son retour à Londres où il présente une exposition à l'Egyptian Hall de Piccadilly. Dans le roman de Christian Jacq, Giovanni Belzoni procède à un "débandelettage" public d'une magnifique momie, précédant l'assassinat de trois spectateurs, proches de la couronne britannique. S'agit-il d'une vengeance de la momie outragée ou d'un complot ourdi par un certain Littlewood pour faire tomber la royauté ? L'ex- inspecteur Higgins est rappelé manu militari de sa retraite campagnarde pour enquêter sur la malédiction de la momie.

Titre: Le Procès de la momie
Auteur: Christian Jacq
Editeur: Pocket
Parution : janvier 2010
Pages: 471

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : le procès de la momie ; le procès de la momie avis ; "christian jacq" ;
Discussions
2 avis pour “Le Procès de la momie - Christian Jacq ”
  1. Les livres de Christian Jacq sont faciles à lire, et on se cultive en même temps Super

    Ds ma mémoire, cet auteur était accusé d'avoir créé une secte ou d'être sectaire, je dois avoir lu ça ds le canard enchainé ou charlie hebdo mais je ne sais pas où est la vérité hum

    Par Kao Bang | mardi 10 août, 08:24
  2. Apparemment, on lui reproche de faire du prosélitisme en faveur de la Franc-maçonnerie

    http://www.hiram.be/Pour-ou-contre-Christian-Jacq-auteur-a-succes-et-Franc-Macon_a3298.html

    Par esperluette | mardi 10 août, 09:09
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié